Eloigner et repousser les sangliers, chevreuils, taupes, rats, souris…

Activité humaine et mammifères sauvages, une cohabitation difficile…

Depuis toujours, les populations sauvages de mammifères connaissent des dynamiques de développement très variables ce qui modifie la nature et l’ampleur des dégâts recensés (risque sanitaire, sécurité publique, dommages agricoles, dommages forestiers etc.).

Si la prolifération de gibier sauvage (sangliers, lapins de garenne, chevreuils) fait souvent la « une » des journaux agricoles car responsable d’importants dommages sur les cultures (perte de production, modification de relief du sol…), d’autres espèces laissent aussi une trace de leur passage en zone urbaine…

Il s’agit notamment des rongeurs tels que les taupes, rats, campagnols, souris et mulots. En vivant très souvent aux dépends des humains, ces derniers constituent un véritable fléau pour notre santé mais aussi pour notre patrimoine et nos industries.

Choisissez votre espèce de mammifères

AVICONTROLE a sélectionné pour vous tout une gamme d’appareils : émeteurs, clotûres mobiles ou permanentes, pièges, pour  vous permettre de protéger efficacement vos surfaces les mammifères indésirables. Afin de protéger vos habitations ou vos terres agricoles, choisissez le matériel qui sera le plus adapté à votre situation. Eloigner et repousser les sangliers, chevreuils, taupes, rats, souris, lapins de Garenne avec nos solutions.

Cauchemar des propriétaires de belles pelouses, mais aussi des agriculteurs, la taupe est un petit mammifère qui occasionne des dégâts considérables quand on la laisse faire.

La suite

Avec ses puissantes griffes, cette dernière peut creuser des galeries  souterraines allant de 15 à 50 cm. Si c’est le coté inesthétique des taupinières qui s’avère cité en premier, la taupe occasionne de véritable dégâts aux cultures en retournant par exemple, la terre des semis ou en sectionnant les racines des plantes lorsqu’elle creuse.

En se multipliant  (les portées des taupes peuvent compter jusqu’à sept petits), et en étendant leur réseau souterrain, les taupes ont très vite fait de détruire un  sol et de le transformer en véritable gruyère.  Devenu fragilisée, votre surface, qui peut être un golf, ou un terrain de foot par exemple, présentera alors un danger considérable pour ceux qui se déplacent dessus.

En creusant leur tunnel, il est également important de savoir que ces petits mammifères offrent un abri parfait pour d’autres nuisibles (campagnols par exemples). Il est donc nécessaire d’agir vite et de stopper leur invasion.

Historiquement, le sanglier était cantonné à des zones bien délimitées et constituait un gibier rare, protégé par le droit cynégétique. Depuis les années 2000, cette situation a changé…

La suite

et une prolifération de cette espèce a été constatée dans pratiquement tous les départements français. Ce constat s’explique par plusieurs facteurs tels que:

  • le changement climatique,
  • la modification des pratiques agricoles (augmentation des surfaces cultivées en maïs,colza, pomme de terre)
  • l’augmentation des zones urbaines  (avec un accès plus facile à la nourriture),
  • la prolificité de l’espèce (une portée par an avec en moyenne cinq marcassins)
  • présence de zones non chassées (réserve naturelle, zone péri-urbaine…)

Les sangliers sont ainsi devenus la « bête noire »  du territoire et sèment la panique partout. Les dégâts issus de leur multiplication sont considérables. Ils sont à l’origine de pertes financières très importantes pour les agriculteurs. Plus de 50 millions d’euros leurs sont versés chaque année pour les indemniser des dégâts engendrés par cette espèce.

Si le lapin a bien un rôle à tenir dans la préservation de la biodiversité, sa prolifération devient responsable d’importants dommages dans le monde agricole.
La suite

Depuis quelques années, les lapins de garenne ont développé une résistance à la myxomatose ce qui a impacté de façon sensible, la trésorerie des agriculteurs. Difficile à réguler, au vu de leur reproduction rapide (environ une cinquantaine de lapereaux par an), ces derniers sont devenus l’ennemi numéro 1 des cultures céréalières/oléagineuses.

Il est aujourd’hui indispensable de réduire ses dégâts à un niveau économiquement viable pour les exploitations agricoles.

Considérés comme nuisibles car porteur de maladies (salmonellose, typhus murin, fièvre aphteuse…), les rats et souris sont un véritable fléau contre lequel lutte…

La suite

la société depuis des années. Le rat par exemple, avait été l’élement déclencheur de la peste en Europe au XIVème siècle, maladie qui malheureusement, continue encore aujourd’hui à frapper.

Si la limitation du risque sanitaire est toujours cité en premier, ces rongeurs doivent être aussi éloigner des entreprises dans un but économique. Affectionnant particulièrement les endroits abritant de la nourriture (industries agro-alimentaires, stocks de grains agricoles…), ces rongeurs peuvent engendrer des dégâts considérables (perte de production, incendie, fuites, courts-circuits). En se développant très vite, ces derniers polluent un site très rapidement. Par leurs déjections et leurs urines, le quotidien devient vite un enfer s’ils ne sont pas maitriser.

Depuis une vingtaine d’années, le chevreuil ne cesse d’augmenter en France, faisant exploser le nombre de dégâts constatés. Privilégiant les espaces boisés, ils sont devenus la bête noire
La suite

des vignerons et des arboriculteurs.

S’attaquant au jeunes peuplement (frottis, ecorçage…) et aux bourgeons dans les vignes au printemps, leurs dégâts causent des pertes de rendement significatives dans certaines régions agricoles. Pour la vigne par exemple, deux saisons sont souvent à passer avant qu’elle renaisse…

Les zones les plus exposées sont surtout le Sud-Ouest (Gironde, Dordogne, Landes) et le quart Nord-Est de la France (Haute-Marne, Vosges, Moselle, Bas-Rhin).

Très commun sur l’ensemble du territoire national, les campagnols provoquent d’énormes dégâts en agriculture. Se nourissant exclusivement de racines…

La suite

les cultures maraichères, céréalières et vignes sont souvent leur cible N°1.

Dès l’apparation des premiers tumulis (moins réguliers que ceux des taupes), des moyens de lutte doivent être programmés pour éviter la propagation de cette espèce très proliférique.

Comme pour les taupes, deux méthodes sont efficaces: le piègage ou la lutte chimique.

La fouine est un animal opportuniste n’hésitant pas à s’attaquer à toutes les ressources disponibles. Sa grande faculté d’adaptation lui permet de vivre dans de nombreux endroits (greniers, hangars,  tas de pailles…) ce qui peut vite devenir un cauchemard au quotidien.

La suite

Véritable hôte indésirable, la fouine est souvent responsable de dégâts sur les isolations de toitures, sur les cables électriques, dans les poulalliers et autres petits élevages.

Sa présence est également à l’origine de nuisances sonores (bruits et cris dans les faux plafonds, greniers..) ou olfactive (excréments, urine..).

Aux quatre coins de la France, les exemples d’agriculteurs se sentant démunis face aux dégâts des lièvres sur leurs cultures se multiplient. Pour empêcher les lièvres d’envahir leur champs, une seule solution, la clôture électrique ! Les progrès techniques de ces dernières années…
La suite

ont permis d’améliorer les clôtures électriques et par la même occasion, d’en faciliter leur utilisation. Lorsqu’elles sont bien installées et mises à la terre, ces dernières sont un moyen réellement efficace et économique de repousser les lièvres de vos surfaces.

Informations complémentaires

Pour des informations sur les mammifères ou sur les produits anti-nuisibles, vous pouvez nous contacter directement par mail, sur les réseaux sociaux ou par téléphone en vous rendant sur la page contact.

Catégories de produits

Eloigner et repousser les sangliers, chevreuils, taupes, rats, souris, lapins de Garenne avec Avicontrôle.